Les boues d'épuration améliorent la structure du sol et sa capacité à  stocker du carbone sous forme organique. Mais avant d’être épandues, les boues doivent  être mélangées à la chaux pour tuer les microbes. Problème : la boue pâteuse se mélange mal à la chaux poudreuse... voilà pourquoi les opérateurs vont jusqu'à doubler la dose de chaux nécessaire. Les chercheurs d'Irstea ont mis au point un nouveau mélangeur dans le cadre du projet ANR Opti-Chaux (2011-2014). Inspiré des machines utilisées pour façonner les matières plastiques, cet appareil breveté réduit d’au minimum 20 à 25 % la chaux nécessaire. Moins coûteux et moins volumineux, les mélanges ainsi obtenus nécessitent moins de carburant pour leur transport et leur épandage. A la clef : des boues plus stables, des sols qui stockent plus de carbone et des émissions de CO2 en moins !