« Avec des climats plus chauds et plus secs, les essences de feuillus vont repousser les résineux plus haut : les feuillus rendront les forêts plus efficaces contre les chutes de pierres et les résineux diminueront le risque d'avalanche» indique Frédéric Berger. La température chute de 0,6°C par tranche de 100 mètres d'altitude et le scénario d’une élévation de 2 à 5°C engendrerait un glissement vers le haut de 300 à 900 mètres de l'aspect actuel de la végétation de montagne.