Conçues par l’Homme pour s’abriter des eaux, les digues sont des ouvrages hydrauliques à entretenir et à protéger. Une prise de conscience récente, renforcée par les conséquences dramatiques de la tempête Xynthia en 2010. Pour éviter de nouveaux drames, la réglementation a évolué et décision a été prise de transférer aux collectivités la gestion des digues. Cependant, les expertises techniques et scientifiques étaient dispersées dans une multitude de rapports et autres documents non directement liés aux digues. Il manquait un document général de synthèse technique. Le Référentiel technique pour les digues maritimes et fluviales, coordonné par Irstea à la demande du Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l'énergie, vient pallier ce manque.

Un langage commun

Avec certaines fondations datant du Moyen-Age, les digues françaises sont souvent des ouvrages anciens, voire très anciens et offrent un paysage très hétérogène. Leurs modes et méthodes de construction diffèrent d’une région à l’autre et le manque fréquent de connaissances sur ces ouvrages complique un peu plus la tâche des experts, scientifiques et gestionnaires chargés de leur entretien. Ce référentiel n’a ni caractère prescriptif ou règlementaire et son principal objectif est d’accorder tous les acteurs sur un vocabulaire et des concepts communs.
 
Le document propose également un ensemble de solutions et de méthodes actuelles rassemblées par les 10 experts qui ont contribué à sa rédaction. Une première pierre d’un édifice destiné à s’enrichir dans les années à venir.