Les fuites dans les réseaux d’eau potable représentent 1 milliards de m3 d’eau par an. 20 % de l’eau traitée et mise en distribution est ainsi perdue. Les services publics d’eau potable représentent, à eux seuls, près de 50 % des prélèvements sur la ressource en eau et doivent prendre leur part dans la maitrise de ces prélèvements, exigée par le Plan national d'adaptation au changement climatique de juillet 2011.

Aujourd’hui, la réduction des fuites dans les réseaux d'eau, qui passe par une gestion patrimoniale pertinente, est une des pistes retenue par la France pour engager les collectivités distributrices d'eau à limiter ces prélèvements. Ces dernières doivent désormais réaliser un descriptif détaillé de leurs réseaux et mettre en place un plan d'actions pour la réduction des pertes d'eau du réseau de distribution d'eau potable (si leur taux de fuite est supérieur à un taux fixé dans le décret du 27 janvier 2012).

Du diagnostic à l'action

 

guide_fuite_onema.jpg

Le guide "Réduction des fuites dans les réseaux d’alimentation en eau potable - Systèmes d’indicateurs et méthodologies pour la définition, la conduite et l’évaluation des politiques de lutte contre les fuites dans les réseaux d’eau potable", réalisé par l’Onema et Irstea (avec le concours de l'ASTEE) est le  fruit d'un travail collégial des acteurs de l'eau (exploitants, collectivités, bureaux d'études, instituts de recherche, etc.). Il a vocation à aider les collectivités à la définition d'une stratégie ciblée et efficace contre leurs pertes en eau.

Le guide détaille les 4 grands volets de la démarche :

  • Pré-diagnostic de la situation : descriptif détaillé des ouvrages de transport et de distribution d’eau potable, évaluation du rendement et du seuil réglementaire, mise en oeuvre d’indicateurs de pré-diagnostic, …
  • Actions urgentes et acquisition d’un socle minimal de connaissances : recherche de fuites, vérification du linéaire de réseau, compilation des connaissances sur le réseau, …
  • Diagnostic : mise à jour des plans du réseau, collecte de données, mise à jour de l’inventaire du patrimoine, mise en place d’une sectorisation, ….
  • Élaboration du plan d'actions pluriannuel : priorisation, programmation et évaluation de ces actions.

 

38 fiches pratiques décrivent les différents outils à disposition des collectivités dans les différentes étapes de cette démarche, au travers de 4 thèmes principaux : l'amélioration de la connaissance du réseau et des pertes, la recherche active des fuites et réparation, la gestion des pressions et le remplacement et rénovation des réseaux.

L'expertise Irstea

4 ingénieurs d'Irstea [1]  ont travaillé à la rédaction du guide. L'équipe Gestion patrimoniale des infrastructures liées à l’eau (GPIE) du centre Irstea de Bordeaux mène des recherches en ingénierie des réseaux d’eau : modélisation des flux, des pertes en eau et des effets du vieillissement des infrastructures. Des recherches pluridisciplinaires, mêlant ingénierie des réseaux d'eau, mathématiques appliquées, hydraulique, statistiques, information ou encore économie, et complétées par les recherches menées à Strasbourg  [2]  et au centre de Montpellier [3], relevant des sciences de gestion.

Le caractère finalisé et orienté vers l'aide à la décision publique des recherches Irstea se traduit, notamment, par la conception et la distribution de logiciels : le logiciel Casses (prévision des casses des réseaux d'eau potable) et Porteau (modélisation des réseaux de distribution ou de transport d'eau sous pression).

Consulter et télécharger gratuitement le guide sur le site de l'observatoire.


[1] Eddy Renaud, Julie Pillot, Aline Auckenthaler et Claire Aubrun.

[2] Unité mixte de recherche Gestion territoriale de l’eau et de l’environnement (GESTE).

[3] Unité mixte de recherche Gestion de l’eau, acteurs et usages (G-EAU).